Ashton à Rabat, pour booster le partenariat Maroc-UE

Actualités

Après la libéralisation au début de cette année, des échanges entre l’Union européenne et le Maroc pour les produits agricoles et de la pêche, il était temps pour les deux partenaires de penser à la libéralisation des services et au droit d’établissement. C’est l’un des sujets la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton doit aborder avec les responsables marocains lors de sa visite ce mardi à Rabat.

La Haute Représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité devait avoir des entretiens avec le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane et le ministre des affaires étrangères, Saad-Eddine El Othmani.

Catherine Ashton qui doit se rendre ensuite en Algérie, a déclaré  à la veille de sa visite, que «nous sommes encouragés par les récentes réformes entreprises dans ces deux pays et je soulignerai le soutien ferme de l’Union européenne au processus de réformes ».

Les deux parties, ajoute-t-elle, ont beaucoup à gagner d’un renforcement des liens économiques et politiques, espérant que sa visite « renforcera les excellents progrès que nous avons réalisés dans un passé récent.»

Catherine Ashton abordera également lors de cette visite les questions intéressant l’ensemble de la région, «notamment la situation au Sahel, où nous avons un intérêt commun à collaborer».

Le séjour de la responsable européenne à Rabat, s’inscrit dans le cadre du partenariat privilégié entre l’UE et le Maroc et dans la foulée des différents chantiers engagés dans les domaines politique et commercial, grâce au concours de l’UE à laquelle le royaume est lié par un Statut avancé.

L’Union européenne, a rappelé la délégation de l’UE à Rabat dans un communiqué diffusé samedi, appuie « fortement les réformes politiques et économiques au Maroc et suit avec attention le processus de mise en œuvre de la nouvelle Constitution, qu’il s’agisse de la réforme de la justice ou des nouvelles dispositions en matière de droits de l’Homme».

Le Royaume, assure la délégation, reste un des principaux bénéficiaires des subventions européennes dans la région, avec plus de 6 MMDH de dons pour la période 2011-2013.

Après la libéralisation des échanges entre l’UE et le Maroc pour les produits agricoles et de la pêche, Ashton a pour mission d’activer les négociations qui trainent encore, pour la conclusion d’un accord sur les services et le droit d’établissement entre les deux partenaires. Les services concernés par la future libéralisation relèvent d’une douzaine de secteurs, qui vont du transport aux services financiers en passant par les télécoms, l’informatique, la santé etc. Les deux parties se déclarent confiantes pour boucler lesdites négociations d’ici à la fin de 2012.

De tels accords visent à renforcer les liens entre l’UE et le Maroc et à soutenir la transition du Royaume vers la démocratie dans le sillage du printemps arabe.

Laisser un commentaire