Maroc-UE: Un colloque sur la convergence institutionnelle pour la réussite du Statut avancé

Actualités

Les institutions européennes œuvrent ces derniers temps à faire du Maroc un modèle de réussite en matière de Statut avancé pour encourager d’autres partenaires sud-méditerranéens de l’UE, à lui emboîter le pas.

C’est dans ce cadre que doit se tenir du 12 au 13 novembre à Fès, un colloque international sous le thème « Maroc-Union Européenne: une convergence institutionnelle pour la réussite du statut avancé ».

La rencontre est organisée conjointement par le Parlement Européen et l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès. Y sont conviés de nombreux experts, chercheurs universitaires, entrepreneurs et acteurs socio-économiques des rives nord et sud de la Méditerranée.

Le but des organisateurs est d’engager une réflexion et enclencher un large débat sur les voies et moyens de promouvoir le Statut avancé attribué au Maroc en 2008 par l’Union européenne.

Le programme du colloque s’articule autour de trois axes majeurs, à savoir la convergence politique et sociale, la convergence réglementaire et la convergence économique et financière.

Les thématiques du colloque porteront, entre autres, sur les droits de l’Homme, la sécurité et la gestion des flux migratoires, la propriété intellectuelle, la liberté des prix et de la concurrence, la fiscalité, les finances publiques et discipline budgétaire, la gouvernance et responsabilité sociale des entreprises et le système bancaire et financier.

Cette manifestation est à inscrire dans le sillage des efforts de la Commission européenne qui, quatre ans après, s’est rendue compte que le concept du Statut avancé, est galvaudé sans qu’il ne soit réellement compris par la majorité des Marocains.

Pour faciliter une meilleure compréhension de l’étendue des avantages qu’offre le Statut avancé qui se situe entre un accord d’association et un acte d’adhésion à l’UE, la Commission avait décidé en août dernier, de mobiliser sur place au Maroc, une équipe d’experts externes qui auront pour mission d’expliquer le concept et de généraliser la compréhension des clauses du Statut avancé. Quatre ans après son attribution au Maroc, le Statut avancé est resté pratiquement incompréhensible chez un bon nombre de décideurs et la plupart des petits opérateurs qui constituent la majorité des bénéficiaires potentiels. A cette date, seuls les institutionnels, les établissements publics et un nombre limité parmi les grands opérateurs privés ont pu tirer profit des avantages qu’offre ce Statut qui fait du Maroc, un partenaire privilégié de l’UE.

Laisser un commentaire