Maroc-Espagne- économie : un Forum parlementaire anti-crise

Actualités

Le partenariat Maroc-UE n’est pas seulement à dimension européenne collective. Il évolue également en parallèle avec des relations dynamiques, patiemment entretenues par le Maroc avec les Etats membres pris séparément. Le Forum parlementaire maroco-espagnol du 5 septembre à Rabat, consacré aux questions économiques, en est l’illustration.

Le contexte de crise économique et financière a naturellement pesé de tout son poids lors de ce forum, initié par les présidents des Parlements marocain et espagnol. La rencontre a insisté sur la densité des relations bilatérales, l’Espagne étant le 2ème partenaire économique et commercial du Maroc après la France. Plusieurs dizaines d’entreprises ibériques opèrent en outre dans le Royaume chérifien. Ce qui a fait dire aux participants de part et d’autre, que l’encouragement de l’investissement est un élément essentiel du dispositif devant accélérer la sortie de crise. L’attractivité économique accrue du marché marocain est évidemment le catalyseur incontournable de ce deal. La proximité géographique et les liens humains traditionnels entre les deux royaumes concourent aussi à l’enracinement de relations bilatérales de plus en plus stratégiques. De surcroît, Madrid a un intérêt incontestable à avoir à sa frontière Sud un voisin économiquement dynamique et politiquement stable, lui offrant un hinterland de croissance durable. La bonne santé du voisin Sud de l’Espagne est également essentielle pour permettre de juguler la pression migratoire. Madrid a compris que la lutte contre la pression de la migration clandestine relevait de la coresponsabilité des deux pays.

A lui seul, le Maroc n’a pas les moyens de lutter contre des réseaux transnationaux structurés qui s’enrichissent cyniquement sur le dos des migrants. Des milliers de subsahariens bloqués au Maroc rêvent toujours de prendre d’assaut la citadelle Europe. L’Espagne et l’Europe sont conscientes de l’ampleur du problème et savent que la solution passe par une étroite coordination avec le Maroc.

Laisser un commentaire