Le Maroc au rythme des projets structurants

Actualités

Le Maroc a vécu les treize années de règne du Roi Mohammed VI au rythme des mégas projets structurants. De grands chantiers ont été ouverts partout dans le royaume sous l’impulsion du Roi Mohammed VI. Pour financer cette multitude de projets, le gouvernement marocain a eu recours aux recettes substantielles des phosphates, du tourisme et des MRE ainsi qu’aux aides étrangères notamment américaines et européennes. Aucun secteur n’a été négligé, allant des réseaux routiers et autoroutiers, jusqu’aux énergies renouvelables en passant par le transport routier et ferroviaire, les ports et aéroports, l’industrie, le tourisme, l’agriculture et la pêche maritime. Le volet social n’a pas été en reste, puisque le Roi qui sillonne à longueur d’année son Royaume, supervise en personne, le lancement et l’inauguration des grands projets et les nombreux autres de petite ou moyenne taille. Ces derniers sont réalisés dans le cadre de l’ambitieux programme de l’initiative nationale pour le développement humain (INDH) et sont conçus pour extraire le maximum de familles des griffes de la pauvreté en leur offrant la possibilité d’avoir des revenus décents et permanents.
Les derniers nés des mégas projets, sont le port Tanger-Med et la Ligne à Grande vitesse Casablanca/Tanger en cours de réalisation et qui font aujourd’hui, la fierté des Marocains.
Il faut aussi parler de ces fameux plans de développement sectoriels qui engloutissent certainement, des sommes d’argent colossales, mais ont un impact indéniable sur la société et son bien-être.
Il s’agit du Plan Azur qui prévoit  9 milliards d’euros d’investissement dans des projets visant à attirer quelques 10 millions de touristes à l’horizon 2016. Cet ambitieux plan est renforcé par la «Vision 2020», lancée le 30 novembre dernier à Marrakech, en présence du Roi Mohammed VI et qui se donne pour objectifs de hisser le Maroc au rang des 20 premières destinations touristiques mondiales.
Le secteur tertiaire a eu, lui aussi, son « Plan Maroc Vert » qui ambitionne de moderniser et de mettre à niveau le secteur agricole, à travers la réalisation de 9000 projets pour un coût global de 20 milliards d’euros. Dans le secteur de la pêche maritime, le Plan Halieutis bénéficiant d’une enveloppe d’un milliard de Dollars, est conçu pour la restructuration du secteur et l’augmentation de sa productivité.
Spécialement conçue pour l’artisanat, la stratégie «Vision 2015» prévoit entre autres, la création de 120.000 nouveaux emplois. Quand au Plan émergence, il a été élaboré sur mesure pour le secteur industriel. Ce plan prévoit la création de 440.000 emplois dans les filières de l’automobile, l’aéronautique, l’électronique, l’alimentaire et le textile. La nouvelle stratégie énergétique au Maroc devrait élever la part des énergies renouvelables (éolienne et solaire) à 14 pc de la production nationale d’électricité avec la mise en place de cinq nouvelles centrales solaires. Ainsi, en treize ans, le Roi Mohammed VI a pratiquement transformé son pays en un grand chantier ouvert le plaçant dans le club restreint des pays émergents, tels la Chine, l’Inde et d’autres.

Laisser un commentaire