Le Maroc et l’UE appelés à aller au-delà de l’accord d’association pour renflouer leur partenariat

Actualités

Le Maroc cherche actuellement à mettre à profit son Statut avancé avec l’Union Européenne (UE), pour aller au-delà de l’accord d’association. Même si du côté européen, le bilan de la politique européenne de voisinage (PEV) avec le Maroc, est jugé « globalement positif » pour l’année 2011, le partenariat euro-marocain demeure encore limité. Du côté marocain, on relève des insuffisances au niveau des échanges commerciaux qui demeurent plus favorables aux Européens, de la mobilité des hommes particulièrement du Maroc vers les 27 pays membres de l’UE dont les formalités administratives n’ont que peu évolué.

Sans oublier les efforts à faire dans les négociations sur le Commerce des services et le droit d’établissement et l’alignement progressif du Maroc sur les règles de l’UE dans le domaine sanitaire et phytosanitaire et ce, en prévision de l’établissement d’un accord de libre échange approfondi et global. C’est ce que le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, Youssef Amrani à laconiquement abordé ce lundi à Rabat, avec le sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de la République de Pologne, Jerzy Pomianouwski. Youssef Amarani a tenté de rassurer l’opinion publique à travers les médias, en affirmant que le Maroc travaille actuellement avec l’Europe pour mettre en place « un nouveau plan de voisinage », en s’inspirant du cheminement suivi par les pays d’Europe orientale durant l’étape de préadhésion à l’UE. Un tel plan devrait faciliter l’accès du Maroc et sa participation à l’espace économique européen. A l’heure où en sont les rapports de partenariat entre le royaume chérifien et l’Union européenne, le Maroc souhaite aller, selon Amrani, au-delà de l’accord d’association pour explorer avec l’Europe toutes les opportunités à même de dessiner une nouvelle gouvernance en méditerranée. Les deux responsables se sont penchés justement sur les questions politiques qui intéressent les deux pays et sont en rapport avec l’UE, telles la PEV et le partenariat euro-méditerranéen. Pour Amrani, le Maroc a fort à gagner dans ses rapports avec l’UE, en s’inspirant de l’expérience des pays comme la Pologne, qui a intégré l’UE en 2004, après un long processus d’adhésion qui a débuté dans les années 1990.

 

Laisser un commentaire