Le partenariat entre le Maroc et l’UE jugé « globalement positif »

Actualités

Le partenariat entre le Maroc et l’Union européenne (UE) évolue sur un rythme ascendant. Le bilan de la politique européenne de voisinage (PEV) avec le Maroc, pour l’année 2011 est jugé « globalement positif ». C’est la conclusion qui ressort du rapport de suivi de la PEV, établi par la Commission européenne (CE) et le Service européen de l’action extérieure (SEAE). Dans ce rapport dévoilé mardi à Bruxelles, les deux instances de l’UE relèvent les progrès accomplis au Maroc et les insuffisances auxquelles il est appelé à remédier. Sur le premier chapitre, le rapport rappelle l’évolution politique majeure au Maroc à la faveur de l’adoption en juillet 2011 d’une nouvelle Constitution qui a institutionnalisé la séparation des pouvoirs en renforçant le rôle du parlement et du Chef du gouvernement, officialisé la langue amazighe et consacré les principes d’une régionalisation avancée.

Le rapport mentionne également la tenue des élections législatives anticipées libres et transparentes et la formation d’un gouvernement démocratiquement élu.  Au plan économique et social, le document relève la résilience de l’économie marocaine face à la crise internationale, grâce à une politique macro-économique prudente et à des réformes structurelles, en harmonie avec les objectifs du Plan d’action sur la mise en œuvre de la PEV.  Le rapport revient aussi sur les réformes initiées au Maroc dans le domaine social, en consacrant au secteur un budget conséquent (41 %) dans sa loi de finances 2011, notant néanmoins, que les « besoins réels du pays restent considérables » en la matière. Pour appuyer cet effort, la Commission a adopté en 2010, le programme indicatif national 2011-2013. A ce titre, le Maroc a reçu de l’IEVP (Instrument européen de voisinage et de partenariat), une dotation budgétaire de 580.5 millions d’euros contre 654 millions euros pour 2007-2010. Cette enveloppe devrait servir à financer des projets sociaux, à soutenir la modernisation de l’économie, à renforcer les réformes institutionnelles et à promouvoir les droits de l’Homme. Sur le chapitre des insuffisances, l’UE recommande au Maroc d’activer la réforme de la caisse de compensation et l’invite à lutter résolument contre la corruption qui constitue toujours, selon le rapport, un problème majeur dans le pays.  Le rapport relève enfin, les avancées enregistrées dans les négociations sur le Commerce des services et le droit d’établissement, l’alignement progressif du Maroc sur les règles de l’UE dans le domaine sanitaire et phytosanitaire et ce, en prévision de l’établissement d’un accord de libre échange approfondi et global. La Politique européenne de voisinage avec le Maroc commence à porter ses fruits et son impact sur le terrain devient de plus en plus palpable.

 

Laisser un commentaire