Maroc-Espagne-Rajoy : une visite sous le signe de la constance

Actualités

La visite qu’entreprend le chef du gouvernement espagnol, ce mercredi au Maroc, est tout sauf protocolaire. Mariano Rajoy ne déroge ainsi pas à la tradition, respectée par ses prédécesseurs, de réserver au voisin marocain leur premier voyage officiel à l’étranger. Une règle qui est certainement dictée par la réalité de relations complexes et imbriquées entre les deux pays.

Le chef de l’exécutif ibérique tend la main en sachant qu’il y a, de l’autre côté, une autre main qui est prête à la serrer. Mariano Rajoy a pris l’initiative de contacter directement au téléphone le Roi Mohammed VI. Un  signe qui ne trompe pas sur sa volonté d’inscrire dans la durée le partenariat hispano-marocain. En outre, Mariano Rajoy qui vient de prendre ses fonctions à la tête du gouvernement espagnol, rencontrera son homologue marocain, Abdelilah Benkirane, lui aussi fraîchement installé dans son fauteuil de chef du gouvernement. L’ombre des différends traditionnels en suspens entre le deux pays est toujours là, mais Rabat et Madrid semblent déterminés à se concentrer sur les intérêts qui les unissent plutôt que sur les divergences qui les opposent. La question du Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole, et celle des villes encore occupées de Sebta et Melillia ne devraient certainement pas monopoliser l’agenda bilatéral. Le nouveau chef de la diplomatie marocaine, Saâdeddine Othmani a ainsi appelé à laisser de côté les questions problématiques pour se concentrer sur les intérêts réciproques. Pour lui, Rabat et Madrid ont tout intérêt à saisir l’existence de deux nouveaux gouvernements, élus récemment, pour inscrire leur relation bilatérale dans le long terme. Place donc aux questions d’actualité, à commencer par la pêche et l’accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne.

 

Laisser un commentaire