Maroc : le Roi en 1ère ligne dans la lutte contre l’habitat insalubre

Actualités

Plus de 435 millions d’euros. C’est le montant considérable consacré à un vaste programme de relogement d’habitants des bidonvilles dans la région de Casablanca, la métropole économique du Maroc. Le roi Mohammed VI veille en personne à l’avancement de ce chantier à fort impact social. Sur place, il a pu suivre la progression des opérations prévues dans le cadre de ce programme. Près de 46000 ménages bénéficieront de cette opération de résorption des bidonvilles de la région de Casablanca. En outre, la création de 55.000 logements permettra l’absorption d’une partie du déficit de la région en habitat social.

Le programme s’étend jusqu’en 2013, toutefois certaines tranches devraient être achevées bien avant, ce qui permettra le relogement de près de 14.000 ménages dès septembre 2012. Les heureux bénéficiaires font partie des dizaines de milliers de ménages marocains qui vivaient dans un habitat précaire en 2004. A cette date, le gouvernement a entamé leur relogement progressif dans le cadre d’un programme baptisé « Villes sans bidonvilles ». L’objectif des autorités est clair, mais il est loin d’être simple. Il consiste en l’éradication de l’habitant insalubre qui s’est développé à un rythme beaucoup plus rapide que le logement formel au cours des trois dernières décennies. Dans ce but, le gouvernement a fixé un seuil de production de 100.000 logements sociaux et parcelles viabilisées par an. La stratégie mise en oeuvre se fonde sur la poursuite de l’investissement public dans le secteur par le biais d’une offre diversifiée et accessible aux faibles revenus, tout en encourageant les promoteurs privés à répondre à une demande sans cesse croissante. Le programme « Villes sans bidonvilles » constitue, lui-même, l’une des composantes essentielles de l’INDH (l’Initiative nationale pour le Développement humain), dont les interventions ciblent la lutte contre la pauvreté, l’exclusion sociale et la précarité sous ses diverses formes.

 

 

Laisser un commentaire