Maroc : coup d’envoi du premier TGV en terre africaine

Actualités

Le coup d’envoi du premier TGV en terre africaine vient d’être donné ce jeudi au Maroc, par le roi Mohammed VI et le président Français Nicolas Sarkozy. Le TGV Tanger-Casablanca devrait relier les deux pôles industriels du pays, en un temps réduit de plus de la moitié, et ce à partir de 2015.
Le trajet qui passera de 4h45 à 2h10 sur une distance de 315 km, devrait être du pain béni pour les activités industrielles lancées ces dernières années dans le nord du Maroc.

Tanger-Med, l’un des plus grands ports à conteneurs en méditerranée, est l’une de ces œuvres. A côté, l’usine Renault qui entrera en service début 2012, devrait livrer dans un premier temps quelque 200.000 véhicules par an. Si on y ajoute les activités annexes, de sous-traitance et les champs éoliens qui s’implantent à côté, on mesure la pertinence du choix du Train à Grande Vitesse. Le transfert de technologie et de savoir-faire dans l’industrie ferroviaire est aussi un atout.
Pour un pays qui enregistre un taux de croissance annuel oscillant autour de 5% en dépit d’une économique internationale en crise, le défi vaut la peine d’être relevé. Enfin, pour les usagers de rail qui ont doublé au cours des dernières années, passant de 14 millions en 2003 à 34 millions aujourd’hui, l’arrivée du TGV ne sera certainement pas un luxe.
Les principales réticences portent sur le coût de ce projet de plus de 2 milliards d’euros. Mais là encore, le financement a été négocié sur plusieurs fronts. La France dont le groupe Alstom et la SNCF sont les principaux partenaires dans la construction du TGV marocain, interviendra avec près de la moitié du montant à des taux préférentiel. En plus des fonds propres du gouvernement marocain, des apports de fonds saoudiens, koweitiens et émiratis viennent boucler le tour de table.
Enfin, le fort appui français au TGV marocain s’inscrit dans le contexte de l’appui de Paris aux grands chantiers d’infrastructure menés au Maroc au cours des dernières années. C’est aussi un soutien résolu aux réformes politiques et socioéconomiques engagées par le royaume.

 

Laisser un commentaire