Maroc-Eolien : un nouveau parc près de Détroit de Gibraltar

Actualités

Le parc éolien marocain s’étoffe. Lentement, mais sûrement. Après les parcs de Koudia Al Baida et Dhar Saâdane, installés dans une zone venteuse près du Détroit de Gibraltar, un nouveau parc devrait bientôt voir le jour. C’est la compagnie française GDF-Suez qui lance ce nouveau projet par le biais de sa filiale, le Compagnie du Vent. Par sa capacité de 45 éoliennes, le site de Jbel Haouch à 30 km à l’est de Tanger, développera une puissance de 135 mégawatts. Il devrait entrer en service fin 2012 pour un coût évalué à 200 millions d’euros. La Compagnie du vent a déjà réalisé en 2000 le site de Koudia Al Baida, le premier en importance de la région de Tanger-Tétouan et d’Afrique. D’autres parcs éoliens sont en cours de réalisation par la société marocaine Nareva près d’Essaouira, Tarfaya et Akhfenir, plus au sud, sur la côte Atlantique.

Avec ces nouveaux projets mis en chantier, le Maroc signe durablement sa préférence pour les énergies propres afin de répondre à ses besoins croissants en énergie électrique. A côté de l’énergie éolienne, le Maroc s’est aussi lancé dans un grand projet d’énergie solaire. L’objectif est de produire 2.000 MW à l’horizon 2020. La centrale solaire de Ouarzazate (500 km au Sud-est de Rabat), qui est en cours de réalisation, est l’un des cinq sites choisis pour ce projet solaire de 6,5 milliards d’euros. L’AFD, l’Agence française de développement, s’est fermement engagée dans ce projet. En juillet 2011, l’AFD a débloqué un financement de 100,3 millions d’euros pour ce projet solaire, dont une partie de la production sera destinée à l’exportation vers l’Europe. Le programme solaire marocain devait d’ailleurs servir de plateforme au Plan Solaire méditerranéen, prévu par l’Union pour la Méditerranée (UPM). Ce dernier devrait constituer un premier pas vers l’émergence d’un pacte énergétique euro-méditerranéen.

 

Laisser un commentaire