Energies renouvelables : le Maroc fait le choix du vert

Actualités

« Les énergies renouvelables sont prioritaires dans la stratégie nationale du royaume », a déclaré Amina Benkhadra. Déclaration qui s’est confirmée à la suite des assises de l’énergie, tenues le 30 et 31 mai, où plusieurs conventions ont été signées. Dépendant à 97% de l’étranger pour ses besoins en hydrocarbures, le Maroc mise désormais sur le solaire et l’éolien. Objectif visé : augmenter la production d’électricité de 3640 mégawatts à l’horizon 2015 en vue d’accompagner l’augmentation des besoins en énergie qui vont doubler en 2020 et tripler en 2030. Sept conventions relatives aux énergies renouvelables ont ainsi étés signées pour un investissement de 73 milliards de dirhams. Au-delà de la production d’énergie, les accords portent également sur la construction d’habitas « verts » et sur la recherche et formation en matière d’énergie renouvelable.

Le lancement du projet Desertec, le renforcement du parc éolien de Tanger, ou encore le renforcement du réseau de transport électrique font également partie du programme. L’ensemble des programmes solaires et éoliens devraient permettre au Maroc de produire jusqu’à 42% de sa puissance électrique totale via des sources renouvelables à l’horizon 2020. L’exemple de la centrale solaire de Ouarzazate est à cet effet pertinent. La création d’emplois verts seront également au rendez vous. En effet, 50 000 emplois directs permanents devraient être générés d’ici à 2020, dont 12 000 pour l’éolien et le solaire. A plus long terme, le Maroc ambitionne d’exporter son énergie renouvelable vers l’Union Européenne. Plutôt prometteur !

 

Laisser un commentaire