Le Maroc, future plate-forme des investisseurs européens en Afrique du Nord

Actualités

Encouragé par sa proximité géographique de l’espace Schengen et du Statut avancé qui le lie depuis 2007, à l’Union européenne, le Maroc ambitionne de devenir bientôt une véritable plate-forme pour les investisseurs européens en Afrique du Nord.
Le compte à rebours de cette ambition a commencé avec le lancement en 2009, du fameux Plan Emergence spécialement conçu pour attirer les capitaux étrangers et particulièrement européens dans des secteurs comme l’aéronautique, l’automobile ou les nouvelles technologies. Dans un article publié dernièrement sur son site Internet, le magazine espagnol spécialisé dans l’actualité des NTIC « Channel Partner » relève que le Maroc affiche durant les trois dernières années, sa ferme volonté de s’appuyer sur le secteur industriel pour réaliser cette ambition.

« Grâce à ce plan élaboré en 2005, des milliers de postes d’emploi ont été crées dans le secteur de l’offshoring, particulièrement avec l’installation de l’usine de Renault à Tanger », rappelle la publication, précisant que cette initiative projette la création de 220.000 postes d’emploi, ainsi que l’augmentation du PIB de 4,5 milliards d’euros et du volume des exportations.
Pour attirer davantage d’entreprises étrangères, le Maroc a prévu toute une série d’avantages, dont la construction de parcs industriels, des incitations fiscales et des programmes de formation d’une main d’œuvre qualifiée, outre la mise en place de guichets uniques destinés à faciliter l’implantation des investisseurs et en accélérer les procédures.
Selon « Channel Partner », le Maroc compte dans ce contexte, renforcer son partenariat avec l’Espagne dans « trois secteurs stratégiques », à savoir l’automobile, l’aéronautique et le nearshoring.
D’ailleurs, les investissements espagnols dans le Royaume qui abrite près de 500 entreprises ibériques, ont augmenté selon l’agence Europa Press, de 76 pc en 2010, contre 50 pc pour les investissements français. Les investisseurs espagnols se sont intéressés plus aux trois secteurs stratégiques en plus du textile et de l’agroalimentaire.
Ces secteurs ont permis la création de 15.000 postes d’emploi en 2010, contre 20.000 prévus pour 2011, répondant ainsi aux objectifs tracés par le Pacte National pour le Développement Industriel, relève la même source.
L’Espagne est le deuxième partenaire commercial du Maroc avec un volume d’échanges qui a dépassé les six milliards d’euros en 2010, selon les derniers chiffres publiés par l’Institut espagnol du commerce extérieur (ICEX).
Grâce à sa situation géostratégique et à la dynamique et la stabilité de son économie, le Maroc constitue la première destination des exportations et des investissements espagnols en Afrique et accueille de plus en plus d’entreprises désireuses de s’y implanter.

 

Laisser un commentaire