Maroc : après les européens, Bombardier séduit par la filière aéronautique

Actualités

Boeing, EADS, Safran. Autant de noms de l’aéronautique mondiale qui contribuent au développement de la filière aéronautique marocaine ces dernières années. Un secteur hautement technologique qui emploie près de 10.000 salariés. Il s’agit de cadres marocains employés dans des entreprises principalement européennes implantées au Maroc. La filière compte actuellement une centaine d’entreprises, dont plus des 4/5 sont françaises et européennes. Tout récemment, le syndicat professionnel de l’aéronautique marocaine, avec en tête le motoriste français Safran, a inauguré au Maroc l’Institut des métiers de l’aéronautique.

Il est le fruit d’une collaboration volontariste entre l’Union française des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) et le gouvernement marocain. L’objectif du partenariat est de former annuellement 800 jeunes marocains à divers métiers: câblage aéronautique, usinage sur machines à commandes numériques, matériaux composites, etc. L’avionneur canadien Bombardier a visiblement été séduit par cette offre en infrastructures et en cadres qualifiés. Une plateforme qui présente des conditions de compétitivité internationale évidentes. Au cours des Assises de l’industrie tenues récemment au Maroc, les responsables de Bombardier ont annoncé que l’avionneur Canadien envisageait d’ouvrir une usine de fabrication d’avions à faibles coûts au Maroc. L’implantation au Maroc devrait être concurrencée par le Mexique et la Turquie, deux pays qui figurent également sur la liste de Bombardier. Une décision devrait intervenir dans le courant de l’année. Quoi qu’il en soit, la plateforme offerte dans cette filière fait que le Maroc est devenu une solution aux problèmes de compétitivité non seulement des entreprises européennes, mais également nord-américaines, estime un professionnel.

 

Laisser un commentaire