Maroc : le tourisme modérément impacté par les révoltes au Maghreb

Actualités

Les dégâts collatéraux des révoltes au Maghreb commencent à se faire sentir dans le secteur du tourisme. Même au Maroc, qui est pourtant épargné par la vague des protestations violentes, les professionnels du voyage accusent une relative baisse de fréquentation des touristes, surtout européens.

Certains mettent en cause l’amalgame avec ce qui se passe dans d’autres pays du Maghreb. C’est pratiquement l’ensemble des pays du sud de la méditerranée et, plus généralement, les pays musulmans qui souffrent d’une image risque. Selon les professionnels, des tours opérateurs européens peu au fait de ce qui se passe, n’hésitent pas à avancer le prétexte de «la guerre en Afrique du Nord» pour déprogrammer le Maroc, une destination pourtant des plus paisibles.
Toutefois, un récent sondage réalisé par le cabinet GFK montre qu’une majorité de Français jugent assez sûrs des pays comme les Emirats Arabes Unis, le Maroc ou la Turquie. Aussi, des professionnels marocains du tourisme suggèrent-ils de capitaliser sur cette image de confiance pour faire la promotion du secteur en Europe. Au lieu de se confiner dans les campagnes de promotion classiques qui font souvent les frais des indifférences conjoncturelles des médias, ils proposent de rebondir sur la crédibilité de la destination et l’image du pays aux yeux des grands décideurs et des clients.
Outre l’image accueillante du pays, les professionnels penchent pour faire ressortir toutes les améliorations introduites au cours des dernières années. Que ce soit dans les infrastructures et le réseau autoroutier, ou encore la forte augmentation de la capacité d’hébergement, avec près de 2000 établissements classés en 2010. De surcroît, le Maroc a enregistré depuis 2003 une progression continue des arrivées de touristes. Malgré un contexte international de crise, leur nombre a avoisiné 9,3 millions en 2010, pour la plupart des touristes européens.

 

 

Laisser un commentaire